Quels sont les facteurs qui influent sur l’effet du CBD ?

Le cannabidiol, plus connu sous le nom de CBD, constitue une des centaines des substances moléculaires parmi les cannabinoïdes que l’on retrouve dans le Cannabis sativa. Le tétrahydrocannabinol est le principal cannabinoïde psychoactif du cannabis, qui provoque le « high » souvent associé à la marijuana. Toutefois, le cannabidiol n’est pas une substance psychoactive comme le THC.

Qu’est-ce que le CBD et comment est-il utilisé?

Contrairement à l’alcool, il n’existe actuellement aucune règle officielle concernant la consommation de cannabis. Au Colorado, une portion de cannabis comestible contient 10 mg de THC. Par conséquent, il peut avoir un effet très fort chez certaines personnes, tandis que chez d’autres, il peut être moins perceptible. Des facteurs tels que la consommation d’autres aliments, d’alcool et d’autres drogues, ainsi que la tolérance individuelle au THC peuvent influencer l’intensité de l’effet. Si vous consommez du cannabis pour la première fois, commencez par une dose très faible avant de prendre une dose complète. Cela vous permettra d’évaluer la force de l’effet. Si vous fumez ou inhalez du cannabis, les effets se feront sentir immédiatement et l’incidence complète se fera sentir après 5 minutes. Il est conseillé de laisser quelques minutes entre les doses pour évaluer l’effet de chaque dose. On estime que les résultats du fait de fumer ou d’inhaler de la marijuana durent près de six heures. Si des produits de cannabis comestibles sont ingérés, les effets se font sentir plus tard, entre 30 minutes et deux heures, et peuvent être très forts. À l’opposé du tabagisme, les effets des produits comestibles à base de cannabis augmentent progressivement sur plusieurs heures, et tous les effets ne se produisent pas en même temps. Les impacts des mélanges fumés peuvent durer jusqu’à une demi-journée. Cliquez sur ce lien pour plus d’informations.

Quels sont les effets du CBD face aux aliments riches en graisse?

Cette information semble inattendue, mais elle est très réaliste. Cependant, la question de savoir si ces aliments ont un effet positif ou négatif sur l’absorption du CBD reste ouverte. Il convient également de noter que très peu de recherches ont été menées sur ce sujet et que, rétrospectivement, elles sont plutôt faibles. Une étude de l’équipe de recherche de l’Université du Minnesota a révélé que l’absorption du CBD français était considérablement accrue dans les aliments riches en graisses. Pour ce faire, ils ont mené une série d’expériences, décrites ci-dessous. Tout d’abord, des capsules de CBD ont été données à des consommateurs ayant consommé 800 calories au petit-déjeuner, dont 600 étaient des graisses. Les résultats ont été très surprenants: les taux sanguins de CBD étaient 14 fois plus élevés que chez les personnes n’ayant pas mangé. La conclusion de l’étude est donc assez ambiguë: il est préférable de prendre le CBD après ou immédiatement après un repas gras pour mieux ressentir les effets de cette molécule. Il a également été suggéré que cette méthode de prise du médicament devrait être utilisée pour les personnes épileptiques. Toutefois, si vous souhaitez utiliser des graisses pour aider le CBD à s’absorber plus rapidement, vous devez veiller à ne pas compromettre votre santé. Il est important de connaître les risques pour éviter les effets négatifs sur la santé. Les surdoses accidentelles chez les enfants qui ingèrent sans le savoir des produits à base de cannabis peuvent provoquer de la somnolence, des étourdissements, des vertiges, de l’agitation, des vomissements, des palpitations cardiaques, des problèmes respiratoires et des convulsions. Les enfants qui ont accidentellement ingéré de la marijuana ont besoin d’une attention médicale immédiate.

Quelles sont les restrictions connues lors de la consommation de CBD?

C’est essentiellement vrai lorsqu’il est consommé sous forme d’huile. Quant à la grande « légalité » du CBD, des études ont montré que fumer quatre boulettes de marijuana CBD en une heure peut augmenter la concentration de tétrahydrocannabinol d’une personne (même si elle est de 1% ou moins) à un niveau si élevé qu’elle ne peut légalement conduire. Un autre point important est que le CBD engendre des effets anxiolytiques et, dans une certaine mesure, sédatifs. Il est donc conseillé de prendre du CBD quelques heures avant de commencer à conduire. À des fins médicales, le CBD doit être pris le soir, surtout après avoir consulté un médecin. On ne sait jamais quand on va fumer – le CBD n’est qu’un autre produit du tabac et son marketing est médiocre.

N’oublions pas que le tabagisme est un facteur de risque majeur de cancer et de maladies cardiovasculaires et respiratoires. Cette molécule a sans doute un grand potentiel et des recherches supplémentaires sont nécessaires pour préciser ses effets. Plusieurs études ont montré que le CBD peut être utilisé comme un médicament et possède de nombreuses propriétés bénéfiques. L’effet le plus évident du CBD est sur le bien-être et il a de nombreuses propriétés. Les produits à base de cannabis doivent être tenus hors de portée des enfants et des animaux domestiques. Un système de stockage verrouillé est fortement recommandé. Les parents doivent également éduquer leurs enfants sur le cannabis, ses effets et les conséquences de sa consommation.

Quelles sont les restrictions connues lors de la consommation de CBD?

Toutes les personnes ne sont pas égales face aux substances psychoactives. Des études familiales et des études sur les jumeaux ont montré que certaines personnes ont une prédisposition génétique aux troubles liés à la consommation de substances, comme la dépendance et les problèmes de santé mentale. En outre, les expériences de la vie d’une personne, en particulier le stress précoce et à long terme, peuvent altérer le fonctionnement du cerveau, le rendant plus sensible à la dépendance. Les influences environnementales sont au moins aussi fortes que celles génétiques. Les différents utilisateurs vivent différemment la première consommation d’une substance. Des études ont montré que la réaction initiale d’une personne à une substance lors de sa première exposition prédit fortement le développement d’une dépendance et d’une maladie mentale ultérieure. La plupart des articles soulignent que, pour les jeunes, la première expérience positive de la consommation de drogue influence la consommation ultérieure et contribue au développement d’un usage systématique et finalement d’une dépendance. En outre, les effets psychoactifs de la consommation de cannabis à l’adolescence, tels que les troubles sensoriels et auditifs, permettent de prédire les troubles psychiatriques ultérieurs.